FICTIONS DOCUMENTAIRES
4ème édition du festival de la photographie sociale de Carcassonne

A l’occasion de sa quatrième édition, qui se tiendra du 13 novembre au 13 décembre 2020, le festival met à l’honneur la fiction documentaire, en invitant dix photographes-auteurs s’inscrivant dans cette pratique contemporaine. Photographie, vidéo, installation multimédia… Toutes ces pratiques se mettent au service de cette perspective singulière de l’art et des questionnements de société.

[…] il s’agit de continuer de se positionner entre reportage et pratiques plasticiennes, pour affirmer que des photographes travaillant sur le terrain, avec des individus ou des communautés, trouvent ensuite de nouvelles formes que l’on peut revendiquer comme fictions documentaires.

Lire la suite

Le GRAPh, Groupe de Recherche et d’Animation Photographique,  porte de mieux en mieux son nom ; il allie plus que jamais à la fois animation et recherche photographiques, grâce à sa pratique de prédilection, la photographie sociale. Cette pratique profondément humaine, cette exploration de la marginalité, des impasses de la société, est le médium qui permet aux publics touchés par les actions du GRAPh de s’investir à la fois comme objet et comme sujet de la pratique photographique.

En allant au-delà du regard documentaire désincarné, la photographie sociale est mise à l’honneur au sein de la structure grâce à d’étroites collaborations entre les artistes contemporains et les publics, qui regardent et se regardent, qui découvrent une condition en se découvrant, qui parlent en photographiant de ce qu’est la vie à l’échelle humaine.  Plus que le sujet-même de la création, c’est la pratique de la photographie qui devient sociale, collaborative, solidaire, quand le public devient auteur. Des thématiques sociales variées sont perçues à travers le prisme de ces différents groupes créatifs (ateliers avec des personnes malvoyantes, des femmes de la communauté gitane de Berriac, des jeunes issus des quartiers politiques de la ville, ateliers pratiques amateurs adultes et enfants…).

A l’occasion de ce festival  autour  de la photographie sociale, le GRAPh vient s’inscrire dans ce contexte régional favorable à la  création photographique (Visa pour l’Image, les Rencontres Photographiques d’Arles, Images Singulières…), tout en y apportant une sensibilité immédiate, issue de la relation créative fusionnelle entre ses publics et les artistes qui prennent l’initiative de venir travailler en collaboration avec eux.

Avec cette manifestation, un festival impliqué défendant des pratiques sensibles,  il s’agit de continuer de se positionner entre reportage et pratiques plasticiennes, pour affirmer que des photographes travaillant sur le terrain, avec des individus ou des communautés, trouvent ensuite de nouvelles formes que l’on peut revendiquer comme fictions documentaires.

Christian Gattinoni, conseiller artistique du festival

______________________________________________________________________________

| PROGRAMMATION

(c) Mohamed Bourouissa, carrérouge / galerie Kamel Mennour

MOHAMED BOUROUISSA, exposition.

Après de longues périodes d’immersion, les projets de Mohamed Bourouissa donnent à voir des fragments de réalité, en faisant émerger des récits nouveaux.

Maison des Mémoires, 53 rue de Verdun

________________________________________

ARNO BRIGNON, Familles Croisées

“C’est une histoire de famille. Une famille inventée pour l’occasion, parce que, finalement, s’il y a une iconographie qui dépasse l’appartenance sociale, c’est bien celle de nos précieux albums de photo.”

Archives Départementales, 41 avenue Claude Bernard

____________________________________________________________________________________

ANDREA EICHENBERGER, Petite encyclopédie sociopolitique illustrée du Brésil contemporain

Photographies d’objets, d’autres éléments du quotidien et de l’imaginaire populaire Brésilien, symboles d’une dérive politique.

Maison de la Région, 5 rue Aimé Ramond

________________________________________________________________________________

CECILE CUNY, HORTENSE SOICHET, NATHALIE MOHADJER, On n’est pas des robots

L’enquête présentée dans cette exposition se porte sur les nouveaux lieux de travail ouvrir et sur les mondes sociaux qui se déploient à partir d’eux.

Espace Hamilton, 30 rue Armagnac

________________________________________________________________________________

MATTHIEU GAFSOU, Sacré

L’enquête photographique que livre Matthieu Gafsou sur l’église catholique fribourgeoise (Suisse) est sans concession, subjective et documentaire à la fois.

Chapelle des Dominicaines, 17 rue de Verdun

________________________________________________________________________________

(c) Gilberto Guiza-Rojas, Territoire-Travail / ADAGP

GILBERTO GUIZA-ROJAS, Territoire-Travail

Une interrogation sur le processus de formation professionnelle des réfugiés sur le territoire du Grand Paris.

CAUE de l’Aude, 28 avenue Claude Bernard

________________________________________________________________________________

(c) Laura Lafon, You Could Even Die For Not Being A Real Couple

LAURA LAFON, You Could Even Die For Being A Real Couple

Un dialogue à la fois tragique et drôle sur les constructions sociales de l’amour et les contextes de son exercice. Une auto-fiction qui nous entraîne dans une histoire d’amour au Kurdistan.

Espace Hamilton, 30 rue Armagnac

________________________________________________________________________________

(c) Eve Kiiler, Looking Through The Windows

EVE KIILER, Looking Through The Windows | Festival OFF, partenariat Franco-Estonien

La série photographique, projet de longue haleine, capture des instantanés depuis les fenêtres des transports publics, dans un hommage philosophique et poétique à la ville natale, Tallinn.

CCI de l’Aude, Boulevard Camille Pelletan / en partenariat avec Les Amis de Tallinn

L’EQUIPE DU FESTIVAL

Christian GATTINONI,  conseiller artistique | Eric SINATORA, direction artistique
Mathilde ALSINA, coordination | Dorine MORA, administration | Amélie Launay, médiation | Frank NIZIER, régie

cmigraph@gmail.com | 04.68.71.65.26

Maison des Associations | Place des Anciens Combattants d’Algérie

11000 CARCASSONNE

1 Comment

  1. Pingback: On n’est pas des robots : ouvrières et ouvriers de la logistique – Cécile Cuny