Atelier photographique
des femmes gitanes de Berriac

Depuis plus de vingt ans, le GRAPh accompagne les femmes de la communauté gitane de Berriac, commune située dans la périphérie de Carcassonne (Aude).

Une quinzaine de femmes de tous âges se rassemble chaque semaine autour d’un atelier de création photographique mené par le directeur de la structure, Éric Sinatora. Cet atelier est un réel outil d’accomplissement, d’épanouissement et d’insertion sociale pour ces femmes. Elles y mènent des projets artistiques dont elles ont l’initiative, et collaborent régulièrement avec les photographes reçus en résidence par le GRAPh (Arno Brignon, Hortense Soichet, Maria Letizia Piantoni…). Un ouvrage photographique, paru aux éditions Créaphis, a été en 2015 l’aboutissement d’un long travail photographique autour de Berriac aux côtés d’Hortense Soichet. En 2019, le travail de création Autrement Je a été exposé dans le cadre de la programmation OFF du festival Fictions Documentaires et a attiré un public très nombreux.

L’atelier est également un lieu d’émancipation et d’autonomisation pour les femmes. Il participe de leur réflexion autour de la condition de femme dans la communauté, autour de notions d’éducation, de tolérance, d’échange. L’aspect social de ce travail est réalisé en relation avec les assistantes sociales et les centres sociaux qui prennent en charge les membres de la communauté ; il permet d’aborder des thématiques autres que la seule pratique artistique. L’atelier a notamment permis de questionner l’absentéisme des enfants gitans à l’école, qui a fortement diminué grâce à ce travail de terrain. Pour la première fois en 2019, deux jeunes filles de la communauté ont obtenu leur baccalauréat. Il est également question de lutte contre l’exclusion, de lutte contre le racisme, et d’acceptation de l’autre dans le quotidien. En accueillant plusieurs générations successives de femmes et en travaillant avec elles sur toutes ces questions, le GRAPh favorise l’évolution de leur perspective et de leurs comportements au sein de la société.

En 2020 et 2021, les femmes, membres de l’atelier, ont souhaité s’émanciper de la thématique centrale de leur appartenance à la communauté ; elles se tournent aujourd’hui vers la réalisation d’un court-métrage, qui s’inscrit comme la suite logique du travail de création mené depuis vingt-cinq ans, l’évolution naturelle depuis la photographie, la publication, la lecture publique et la mise en scène. Ce court-métrage, intitulé Je t’ai imaginée, sera une réalisation transversale, qui rassemblera ces différents moyens d’expression artistique. Avec l’accompagnement renouvelé de Marie-Christine Azéma, metteure en scène, les femmes travailleront au choix des textes, de la mise en scène, du script, de l’univers visuel… Elles se familiariseront davantage avec le processus de réalisation d’un film, présentes comme les actrices de chaque étape du tournage. Ce court-métrage prolongera le travail de mémoire gitane pour les générations futures.

Nous souhaitons que le groupe puisse diffuser et promouvoir le travail des femmes gitanes à travers des expositions photographiques et représentations publiques de leurs lectures. Les relations du GRAPh avec les institutions estoniennes seront un terrain favorable à la circulation de ce travail de longue date à l’international dans les prochaines années.